Trouvez le meilleur cannabis

Une sativa puissamment cérébrale

Comme son nom l’indique, Durban Poison (Poison de Durban en français, une ville d’Afrique du Sud) est une pure sativa sud-africaine. C’est une plante collante qui peut s’adapter à la culture dans différents environnements et dont la teneur en THC est comprise entre 15 et 25 %.

L’Afrique a une riche histoire de culture du cannabis et la plante s’est répandue durant la colonisation néerlandaise. Les groupes indigènes d’Afrique du Sud entretenaient une étroite relation avec la plante qu’ils appelaient « dagga ».

Dans les années 1970, le sélectionneur américain Ed Rosenthal a créé des plantes à partir d’un lot de graines sud-africaines qu’il a ramené aux États-Unis. Rosenthal a ensuite offert certains des meilleurs spécimens à son collègue sélectionneur Mel Frank. Ce dernier a ensuite travaillé sur la génétique pour optimiser la teneur en résine et la durée pour atteindre la floraison. Ses efforts ont conduit à la création des lignées « A » et « B » à partir du stock de graines d’origine. La lignée « B » a ensuite été transmise au cultivateur d’Amsterdam Sam the Skunkman, qui a encore réduit la durée pour atteindre la floraison.

La taille des têtes de Durban Poison va de moyenne à grande. Alors qu’elles ont une structure dense et compacte typique des indica, leur forme longue et effilée est typique des sativa. Les feuilles sont vertes et les pistils orange vif. Les fleurs sont recouvertes de trichomes blancs qui leur donnent un léger éclat et une texture très collante lorsqu’elles sont correctement séchées. L’odeur des fleurs est très piquante lorsqu’on les brise ou qu’on les brûle, et leur fumée est très épaisse.

Les consommateurs de Durban Poison ressentiront immédiatement un high net et précis. C’est un high presque entièrement cérébral avec très peu de lourdeur ou d’effet de couchlock (clouage au canapé). C’est pourquoi on peut l’utiliser pour réaliser des tâches créatives. Cette variété est également populaire pour délier les langues et mettre à l’aise durant les rassemblements entre amis. En termes d’utilisation médicale, elle est souvent utilisée pour aider à traiter des affections comme la dépression, l’anxiété et le SSPT.

Mais il ne faut pas oublier que Durban Poison est une variété très puissante qui peut entraîner des effets secondaires indésirables. Certains utilisateurs rapportent qu’elle pousse leur cerveau en surrégime, ce qui a tendance à augmenter leur nervosité. Elle peut également créer chez ceux qui la fument un sentiment de paranoïa ou de perte de contrôle. Cette variété doit préférablement être utilisée en journée et son high dure habituellement entre deux et trois heures.

Grâce à sa génétique robuste et éprouvée, c’est un excellent choix pour les débutants en culture de cannabis. Les plants peuvent atteindre jusqu’à 3,70 m de haut et on peut les cultiver à l’extérieur dans un climat chaud et semi-humide avec des températures quotidiennes comprises entre 22 et 27 °C (72 et 80 °F). Pour la culture en intérieur, il est nécessaire de maîtriser la hauteur en pliant et en taillant les branches au début du stade végétatif. Cette variété fleurit très rapidement pour une sativa, puisqu’elle atteint sa maturité en huit ou neuf semaines si elle est cultivée à l’intérieur. Son rendement est supérieur à la moyenne.

L’odeur de Durban Poison est plutôt douce, similaire à celle du haschisch, et produit beaucoup de résine. On la compare souvent à un expresso, car elle provoque chez les utilisateurs un high vif que l’on appréciera aussi bien seul qu’entre amis.

Les dernières infos sur le cannabis